Il était une fois le « Terrible Two »

Aujourd’hui, je vais vous prouver (ainsi qu’à moi-même) que le Terrible Two n’est pas si terrible !

Un peu avant de souffler ses 2 bougies, petit Confetti a commencé à se rouler parterre à la moindre contrariété.

Mademoiselle ne veut pas s’asseoir dans sa poussette : elle se couche parterre

Mademoiselle ne veut pas marcher : elle se couche parterre

Mademoiselle ne veut pas s’habiller : elle crie ‘NON c’est moi’ !

J’ai vu défilé dans ma tête les 10 épisodes de Super Nanny que j’avais vu, en particulier les meilleurs passages pendant lesquels les enfants pètent les plombs, vous savez ces passages qui ne donnent pas du tout envie de procréer …

Je me suis dit que c’était foutu et qu’on allait avoir un monstre à la maison.

Au revoir petit bébé joufflu qui souriait tout le temps, bonjour enfant possédé …

Puis j’ai découvert qu’il s’agissait d’un passage que beaucoup d’enfants ont, une crise d’adolescence en quelque sorte à 2 ans.

Alors pourquoi le Terrible Two n’est pas si mal au final ?

L’affirmation de soi 

Maintenant elle sait dire NON, même quand elle veut dire OUI elle dit NON, mais ce n’est pas grave !

C’est en apprenant à dire NON qu’on apprend à mieux se connaître.

Au moins, au parc lorsqu’un enfant la bouscule, il lui arrive de crier NON et ne se laisse plus faire. Ce qui me rassure pour son entrée à l’école.

Pour éviter certaines crises, je lui propose de faire des choix entre 2 propositions.

Ce n’est pas toujours évident mais le fait de la laisser décider lui permet d’avoir une certaine liberté, de réfléchir et de faire des compromis.

Apprentissage du langage 

A chaque crise, je l’encourage à s’exprimer autrement.

Lorsqu’on part du parc et qu’elle aimerait rester un peu plus longtemps, il lui arrive de se coucher parterre.

J’en connais la raison mais j’essaye de l’encourager à le formuler (ce n’est pas encore gagner mais je ne perds pas espoir).

Alors ça ne résout pas le problème car elle veut quand même rester jouer mais ça permet de lui faire comprendre qu’elle peut s’exprimer maintenant avec des mots.

Lorsqu’elle s’énerve parce qu’elle n’arrive pas à faire glisser totalement sa fermeture éclair, j’essaye de l’encourager à persévérer. Si elle s’énerve toujours, je lui demande si elle veut bien de mon aide.  Généralement elle me dit oui et on évite la crise du ‘Non c’est moi’ et des roulades sur le sol, furieuse de ne pas avoir réussi à défaire son manteau.

Début de l’autonomie

A force de me répéter  ‘Non c’est moi !’, j’ai bien compris son message : elle veut faire seule.

Du coup, je la laisse faire. Elle essaye, parfois s’énerve et échoue mais parfois elle réussie.

Je la sens fière d’elle et il lui arrive de s’auto-congratuler. Je l’entends dire ‘Bravo’ ou ‘c’est bien’.

Je suis forcément fière d’elle aussi.

Plus d’autonomie plus de responsabilité :

Maintenant elle m’aide à étendre le linge, à ranger les courses ou à mettre la table.

Je vois qu’elle est heureuse de pouvoir participer donc j’en profite (avant qu’il ne soit trop tard!)

Par contre, elle a toujours dû mal à ranger ses jouets …

Une prise de conscience nécessaire pour nous parents

Cette crise nous permet de nous rendre compte que notre enfant n’est plus un bébé (ni un robot que nous programmons selon toutes nos exigences) et qu’elle a maintenant toutes les capacités physiques et mentales pour devenir une grande personne.

La laisser faire seule c’est la laisser grandir et la laisser grandir c’est faire le deuil de son nourrisson.

Mais c’est ça au final notre rôle les aider à prendre leur envol …

Voilà, il fallait que j’écrive assez rapidement ces lignes car la limite entre la compréhension et l’énervement est mince.

Pafois, j’ai juste envie de crier et me rouler parterre avec elle …

Je vous embrasse

x LiLi Confetti x

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

LiLi_confetti

7 Comments

  1. Je te comprends parfaitement car on est aussi passés par là, ce que je peux te dire c’est que mister M vient d’avoir 3 ans et ça l’a littéralement fait grandir d’un coup, il se considère désormais comme un garçon et non plus un petit bébé et son comportement a beaucoup évolué en très peu de temps alors courage et tu verras que ce n’est qu’un mauvais moment à passer 😉

    • Oh merci pour ton message ♡ ♡ Je garde donc espoir 😀
      Je trouve que les crises sont plus espacées, je croise les doigts pour que ce passage mouvementé soit plus qu’un lointain souvenir (qu’on soit gonfler à bloc avant la crise d’ado lol)

      Bisous et à bientôt sur Instagram 😉

      x LiLi Confetti x

  2. Ne t’inquiète pas ça passe avec le temps ! Ma grande a 4 ans et elle est passée par là pour que la période se calme petit à petit. Et pour le plus petit, on est en plein dedans !! Mais quand on sait que ça passe, on relativise. Patience ;-)!!

    • Merci pour ton message ♡
      Oui on essaye de relativiser. On ne sait pas quand cette phase s’arrêtera mais on espère avant ses 40 ans 😀 lol

      Bises

      x LiLi Confetti x

  3. La mienne a 18 mois et nous fait déjà sa crise, alors si il faut remettre ca à ses 2 ans ca va être catastrophe ! lol

    • Bon courage et dis toi que « Plus tôt ça commence, plus tôt ça se finira … » lol

      Comme je le dis souvent, les enfants ont dû mal à gérer leurs frustrations mais nous, adultes, arrivons-nous ?
      Parfois c’est difficile de gérer nos émotions, alors nos petits bouts qui sont en pleine découverte de leur sens, c’est encore plus difficile pour eux!
      Il faut essayer d’être compréhensif … Pas toujours évident en pratique je le conçois !
      C’est dur de rester zen en toute circonstance …

      Encore courage 😉

      x LiLi Confetti x

Pour faire vivre le blog : n'hésite pas à nous laisser un commentaire ou à cliquer sur ★ Aime en dessous de wordpress Merci ❤